Kintsukuroi

L'art de guérir les blessures émotionnelles

Tomás Navarro, Mathias de Breyne

 
0

Kintsukoroi est un art japonais ancestral qui consiste à réparer la porcelaine brisée en appliquant de l’or sur les fêlures.

Pour Tomas Navarro, psychologue, il existe une analogie intime entre notre expérience et le Kintsukoroi. Nous devons tous faire face à des épreuves, des deuils. Les surpasser, c’est comme mettre de l’or sur nos fêlures, en prenant en compte notre passé, notre histoire, les accidents éventuels que nous avons pu connaître.

Symboles de fragilité dans un premier temps, les fractures mises au jour deviennent véritablement notre facture. Ce qui fait notre valeur, notre unicité. Embellis, transformés par l’expérience de l’adversité, nous acquérons une force nouvelle.

Ce guide parle de résilience et donne les outils nécessaires pour nous aider chaque jour à nous reconstruire en transformant les difficultés en éventuelles opportunités.

ART DE VIE
Art de vie
145 x 220 mm - 288 pages
11 janvier 2018 - 9782732484853
19.9 €
Télécharger la fiche
Tomás Navarro, Mathias de Breyne

Tomas Navarro est psychologue. Il anime en Espagne des ateliers de Kintsukoroi appliqué aux blessures émotionnelles en pleine nature. Il travaille aussi avec des entreprises et des équipes sportives de différents pays pour renforcer les liens et la productivité des participants, donne des cours et des conférences dans le monde entier. Kintsukoroi est son second livre.

blog
appel d'air - art de vie

Kintsukuroi. L'art de guérir les blessures émotionnelles (Extrait)

0

21 février 2018

Kintsukuroi, l’art de reconstruire sa vie

Vous devez reprendre le contrôle de votre propre vie, de vos émotions, de votre instinct et de vos agissements, de vous-même : ce sera la base qui vous permettra de reprendre confiance en vous et en vos atouts. Le moment est venu de réapprendre à vivre une vie différente, à marcher et à respirer. Vous devez vous reconstruire. Parfois, vous devrez le faire tout seul, parfois vous aurez de l’aide ; mais, quoi qu’il en soit, faites-le en vous libérant du poids du passé, en profitant de l’expérience et de l’émotion ; passez à l’action pour de bon ! Si vous ne reconstruisez pas votre vie, la crise, l’épreuve ou le drame que vous avez vécu deviendra votre jalon, votre unité de mesure, le centre de votre univers, et sans que vous en soyez conscient, c’est cela qui régira vos choix, vos souvenirs, vos peurs et vos désirs.

 

La vie ne se reconstruira pas d’elle-même. N’attendez pas que quelque chose se produise simplement parce que vous le désirez, car prendre ses désirs pour la réalité ne suffit pas à reconstruire sa vie. L’action se chargera de vous donner cette vie meilleure, de vous aider à surmonter les épreuves, de recoller les morceaux et de reconstruire votre vie. Êtes-vous prêt à passer à l’action ? Êtes-vous prêt à vous reconstruire?

 

N’attendez pas de toucher le fond

Nous devons parfois toucher le fond pour remonter à la surface, pour commencer à se battre pour une nouvelle vie, pourse rendre compte que notre destin doit prendre un tournant. Changer n’est pas facile. Assumer qu’il est possible d’être responsables de la situation dans laquelle nous nous trouvons ne l’est pas non plus. De nombreux accomplissements de l’humanité ont été menés à bien par des personnes qui ont touché le fond, des personnes qui n’en pouvaient plus, des personnes qui, depuis les tréfonds de leur souffrance, n’ont pas eu pas d’autre choix que de relever la tête, des personnes dont le seul choix était celui de recoller les morceaux et de reconstruire leur vie. Mais n’attendez pas de toucher le fond pour activer tous les recours dont vous disposez. N’attendez pas d’atteindre la limite pour trouver l’énergie nécessaire à reconstruire votre vie. Vous ressentez sans doute déjà que vous devez établir des changements, que vous souffrez pour des choses que vous pouvez changer, que vous pourriez vivre une vie différente. N’ignorez pas ces signes, ne cherchez pas à les museler en vous réfugiant dans l’agitation, la domination ou l’aventure. Posez-vous et écoutez ce que votre corps et votre âme ont à vous dire, étant donné que certaines personnes, lorsqu’elles touchent le fond, n’arrivent plus à sortir de ce puits sans fond.
 

Ne restez pas figé dans la douleur

On ne meurt pas parce qu’on tombe dans une rivière mais parce qu’on y demeure. De la même façon, on ne peut pas éviter de souffrir à cause d’une épreuve, d’une affliction, d’un problème…

Pourtant, on peut éviter de rester piégé dans la souffrance. Nous avons tous besoin de temps pour digérer une affliction, un temps de réflexion. Parfois, notre réaction est lente, trop lente. Face à l’affliction, il est naturel de se figer dans un état de choc initial, et d’en être déboussolé et sonné. Mais suite à cette brève période, nous avons l’obligation et le devoir de commencer à reconstruire notre vie.

 

Permettez-moi de partager avec vous une anecdote qui illustre à la perfection ce phénomène. C’était mi-juillet et nous étions plusieurs familles en virée dans les Pyrénées. Après un bref parcours, nous sommes arrivés à notre destination, un lac sublime, entouré de montagnes escarpées. Nous marchions depuis quelques heures et nous avions faim ; nous avons donc cherché un endroit pour nous poser, monter le camp de base et reprendre des forces. Nous nous sommes installés sur une butte pour surveiller les enfants qui allaient et venaient au lac et nous avons sorti la collation. Une tortilla ici, des olives là, des tacos au fromage… Que c’est bien un pique-nique en plein air ! Mes restaurants préférés sont toujours de la même chaîne, celle des recoins exquis que nous offre la nature pour manger où ça nous chante avec des vues imprenables. Alors que nous mangions, nous bavardions tous avec enthousiasme, sauf une personne. L’un des pères n’arrêtait pas de se plaindre encore et encore. Apparemment, il s’était assis sur une fourmilière et de temps en temps, il sentait la désagréable démangeaison provoquée par les morsures des fourmis.

« Qu’est-ce qui t’arrive, lui demande sa femme ?

— Rien, des fourmis qui me piquent.

— Change de place, lui conseille un autre des convives.

— C’est pas grave et j’ai la flemme de me relever maintenant. »

Et il a continué de se plaindre de temps à autre.

« Qu’est-ce qu’il a, demanda l’une de nos amies qui venait de

se joindre au pique-nique. Pourquoi il se plaint comme ça ?

— Parce qu’il s’est assis sur une fourmilière, répond sa femme.

— Pourquoi il change pas de place ? ajouta-t‑elle.

— Parce qu’il s’est pas fait assez piquer. »

Là se trouve la clé ! Mon cher ami a estimé que la difficulté du changement était supérieure à la souffrance imposée par les fourmis. De la même façon, de nombreuses personnes ne bougeront pas le petit doigt pour reconstruire leur vie jusqu’à ce qu’elles ne supportent plus la douleur. Parfois, lorsque la douleur est très forte, nous nous trouvons dans le pire des états pour effectuer ce changement dont nous avons besoin : nous sommes abîmés, fatigués, et nous nous sommes perdus en chemin. N’attendez pas que la douleur de la vie vous pousse à bout. La difficulté du changement vaut bien mieux que la facilité de l’abandon dans la souffrance.

 

Passez à l’action. Ne vivez pas la vie comme un spectateur, soyez acteur. Mieux encore, vous êtes l’acteur principal du film de votre vie. Passez à l’action et faites un premier pas pour commencer à reconstruire votre vie ! Rejetez les scénarios qui veulent entraver le film de votre vie. Écrivez votre propre scénario. Réalisez votre propre film, lancez-vous maintenant. Arrêtez de vivre un drame en noir et blanc et commencez à vivre un film en multicolore… Faites le premier pas, prenez la décision de reconstruire votre vie. Vous avez assez souffert.


************************************************************************************

Kintsukuroi. L'art de guérir les blessures émotionnelles
Tomas Navarro
19,90 € - 288 pages