Chaque jour est un festin

James Salter, Kay Salter

 
0
Feuilleter l'ouvrage

De la galette des rois de janvier à un dîner au champagne du Nouvel-An, James et Kay Salter nous offrent ce que 40 années de vie commune leur ont apporté de sagesse culinaire, de leurs propres recettes à des anecdotes littéraires.

Les miscellanées culinaires du grand écrivain américain James Salter et de son épouse

TEXTE
Littérature
140 x 225 mm - 384 pages
01 octobre 2015 - 9782732471549
22 €
Version num�rique
T�l�charger la fiche
James Salter, Kay Salter

Né en 1925 à New York, James Salter est l’auteur de nombreux livres, parmi lesquels les romans Un sport et un passe-temps (1967), Un bonheur parfait (1975), Et rien d’autre (2014). Vétéran de la guerre de Corée, il a publié son premier roman The Hunters en 1956 et celui-ci a été enfin publié en mai 2015 aux éditions de l’Olivier sous le titre Pour la gloire. Il est mort le 19 juin 2015.

Kay Salter, son épouse, est journaliste et dramaturge. Elle a écrit entre autres pour The New York Times et Food and Wine. Sa pièce sur Samuel Johnson a été représentée à Londres sous son nom de jeune fille, Kay Eldredge.

blog
appel d'air - texte

Les miscellanées culinaires de James et Kay Salter

0

08 octobre 2015

     Chefs amateurs et hôtes formidables, James et Kay Salter nous offrent ce que quarante années de vie commune leur ont apporté de sagesse culinaire, de leurs propres recettes à des anecdotes littéraires, de leurs triomphes en cuisine à leurs plus beaux désastres.
 
************************************************************

1er Janvier
          Tout est repas
     Le repas est l'acte essentiel de la vie. Il est la cérémonie quotidienne, la longue chronique de la vie conjugale, l'école des bonnes manières, le prélude à l'amour. Chez tous les peuples, à toutes les époques, chaque événement marquant de l'existence - noces, triomphe, naissance - est ponctué par un repas ou par l'acte de partager nourriture ou boisson. Le repas est l'emblème de la civilisation. Que saurions-nous de la vie, ou de nos nuits, telles qu'elles valent d'être vécues, sans le souvenir des repas ?

************************************************************
 
16 Avril
          Les Doughnuts
     Au XVIe siècle, en Hollande - leur pays d'origine -, les doughnuts étaient des beignets qu'on appelait olykoeks, "gâteaux à l'huile". C'étaient des boulettes rondes de pâte levée de la taille d'une grosse noix, frites dans le saindoux. Les Pèlerins les acclimatèrent en Amérique, où ils prirent de façon assez logique, le nom de dough-nuts, "noix de pâte".
     L'anecdote la plus convaincante sur l'origine du trou central remonte au XIXe siècle. Elle nous dépeint le capitaine Hanson Gregory, de Rockport (Maine), mangeant un doughnut au gouvernail de son navire durant une tempête. A un moment, le vaisseau tangua fortement et la boule de pâte vint s'empaler sur une poignée du gouvernail, qui perça un trou en son milieu. Cette version comporte une part d'incertitude, car Gregory n'avait que quinze ans à l'époque. Cependant, son nom reste associé à l'histoire du doughnut, dont il inventa probablement le trou en demandant à sa mère de retirer la partie centrale du beignet parce qu'elle n'était pas assez cuite.
     Ce dont on est sûr, c'est que, dès la Première Guerre Mondiale, les soldats américains déployés en Europe raffolaient à tel point des doughnuts qu'on finit par les appeler doughboys.

************************************************************
 
1er Novembre
          L'écrevisse
     Très appréciée en Europe au moins depuis le Moyen Âge, l'écrevisse fut couramment pêchée dans la Seine par les Parisiens jusqu'au XVIe siècle. Au XIXe, elle était devenue très à la mode, rare et chère. Tout le monde s'accordait à dire qu'un plat d'écrevisse était le signe infaillible d'une entreprise de séduction quand un homme, au restaurant, en commandait pour une dame.

************************************************************

Chaque jour est un festin
James & Kay Salter
384 pages - 22 €